31 décembre 2007

I'm coming back from the dead.

Parce que j'ai ouvert ma porte un lundi 24 décembre.

Quelque part, peut-être que j'y croyais encore puisque tout me paraît si naturel. Les mots, les sons, les plus petits détails prennent une toute autre proportion. Tout me ramène à Elles et je m'y accroche parce que j'en rêvais. J'ai même pas honte de soupirer bêtement. Quand elles sont parties, j'ai commencé à ranger, malgré ma cheville défoncée, et je souriais. Parce qu'en parcourant ces pièces, j'assistais à une rediffusion de la Nuit. Et cette chanson qui passe en boucle, que j'aimerais leur chanter, sans déconner. Parce qu'elles sont belles, quoiqu'elles fassent, elles rayonnent et je me laisse bercer. J'ai même pas peur de me vautrer dans la niaiserie, j'assume, ça m'plait. J'ai même pas peur de tout perdre du jour au lendemain parce que ce que je ne vis plus que pour aujourd'hui. A force de se demander si on reverra Lune ou Soleil, on en oublie de regarder plus loin.

On m'aurait dit, quelques années, quelques mois plus tôt, ce qui arriverait, j'crois que j'aurais ri jaune. Maintenant j'me marre de toutes les couleurs et putain, j'crois que j'aime ça. Même si en dehors de cette bulle c'est l'bordel. Même si tout autour, les ruines s'effondrent, les murs s'effritent. Je ne crois plus en rien, je laisse couler. Quoiqu'il arrive, j'aurais eu ça. Une belle révérence, rideaux, on va tenter de survivre un an de plus. Mais quelle fin ! Un cocktail Molotov aux allures d'aurore boréale. Tout s'mélange et s'assemble à merveille. Ca me plait, vraiment. J'me marre non stop "Je ris à travers mes larmes", j'respire à peine.

Trois braises.

J'veux faire flamber la ville, vous foutre le feu au cul, cramer mes principes. J'veux déchirer mon enveloppe, me la jouer Déesse et devenir ce que je suis. Faire subir à mon corps toutes les metamorphoses necessaires. J'vais m'assaisonner autrement. J'vais m'préparer à toutes les sauces, j'vais contourner les règles. Parce que je m'en sais capable, parce que j'ai du potentiel et des Fées Carabosses penchées sur mon cercueil. J'ai gueulé sur tous les toits que j'voulais pas d'une vie normale, je ne l'aurais pas. J'vais me relever, encore, toujours, et reessayer. Rien à foutre de tituber, c'est l'ivresse de la vie, c'est la cuite perpetuelle. J'ai plus besoin de faire semblant, apparemment j'suis acceptable, même quand j'suis moi. Plus besoin de chausse pied pour m'intégrer, j'crois que ça va, maintenant.Ca ne peut qu'aller mieux.

J'me reconstruis dans un nouveau décor, à l'ombre des sirènes.

All day, staring at the ceiling,
Making friends with shadows on my wall.
All night hearing voices,
Telling me that I should get some sleep,
Because tomorrow might be good for something.


Posté par Baronessvondork à 00:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur I'm coming back from the dead.

Nouveau commentaire