13 janvier 2008

We welcome you to the second chapter.

Finalement, j'ai dormi. De 15heures à 8h30 ce matin, j'ai pioncé comme si ma vie en dépendait. Je suis prête à démarrer cette semaine dans les règles de l'art. Je suis prête à la passer pendue au téléphone dans l'espoir d'entendre une réponse positive. Mes recherches viennent seulement de commencer alors je ne suis pas encore dans la phase deseperée-découragée-je ne ferai jamais rien de ma vie. Au contraire, my friend. Je suis bien décidée à apprendre, à découvrir quelque chose qui m'est presque totalement inconnu.

Et cette nuit, Vendredi, n'a fait que me motiver encore plus. Même si j'ai quelques regrets, comme toujours. Ca passera avec le temps. Quand j'aurais compris que le monde ne tourne pas autour de moi et de mes possibles erreurs de parcours. Parce que j'ai peur d'avoir trop parlé, trop ri, trop plaisanté. Peur de ne pas avoir été assez gentille, assez sèche, assez neutre. Ca passera, sûrement.

J'ai aimé nos échanges, et nos aveux honteux. J'ai aimé les voir sur mon territoire. Rien, dans leurs attitudes, ne m'ont gênée. C'était simplement bon de les voir là, sur mon lit, sur cette chaise, ou par terre en hippie-style. On a rien fait de ce qui était prévu (à part peut-être au niveau des pyjamas) mais de ce point de vue là, je ne regrette absolument rien. Je suis comblée. Aucune ombre au tableau, aucun homme à abattre, pas même le temps.

J'ai la tête pleine de chansons, de paroles niaises ou pseudo-profondes, qui me ramènent à vous. Vos ombres me suivent quasiment partout et j'peux pas dire que ça me dérange vraiment. Je ne me sens plus menacée, coincée entre deux idées, ou sur une pente glissante. Vos noms se repercutent sans cesse sur mes murs.

De mon côté je me force à faire le deuil de certaines choses, parce que je sais très bien que dans peu de temps, on m'y forcera. Mais j'y arrive pas, parce que je n'en ai pas envie. Ca n'aide pas.

Ma mère m'a fait comprendre qu'elle m'offrirait le bon matos une fois mon contrat signé, et quelque part je dois dire que j'en ai presque honte. Parce que voila, une fois de plus elle me laisse tenter ma chance, sans trop savoir ce que ça va donner. Je crois que si cette fois ça foire, j'suis mal barrée. C'est la tentative ultime, la dernière chance de prouver que je suis capable de m'impliquer dans quelque chose de serieux, de suivre un parcours jusqu'au bout. Je suis prête à tenter le coup. J'en ai un peu marre de passer pour la gamine pourrie gâtée qui tape du pied pour obtenir ce qu'elle veut, sachant qu'au final c'est pas vraiment comme ça que ça se passe.

Et puis, c'est un vieux rêve, pas une nouvelle lubie. Peut-être que ça change rien, mais j'aime bien croire le contraire. J'osais pas le dire, tout simplement. Parce qu'autour de moi tout le monde semble suivre le même chemin, j'avais peur de suivre le courant et non mes envies. Puis je me rend compte que ça revient au même, et que je n'en tiens plus compte. C'est une porte d'entrée, vers un changement positif, esperons-le. J'arrive à être touchée par des clichés, et je ne peux pas me permettre de l'ignorer. J'ai tant besoin de ressentir, de frissonner. Je sais que je peux en faire quelque chose, j'ai simplement besoin d'être guidée, que quelqu'un m'apprenne.

J'ai compris aujourd'hui l'importance de ce projet, d'où cette motivation soudaine. J'ai toujours peur de me lasser, mais pas d'avancer.

 

We welcome you to the second chapter
Thanks for turning the other page
We acknowledge you as the only reason for the progress that we've made
You're our constant reminder
We keep what we've conquered
Everything has gone so far
From where we were before
Well keep this short and sweet so I'll, Get to the point!
My friends come first
That's a part of life

Posté par Baronessvondork à 16:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur We welcome you to the second chapter.

    J'ai lu un commentaire de toi sur bapton, je comprend mieux d'où Soria est arrivée ce matin en criant et en sautant partout qu'elle était amoureuse de lui. (et pour les cheveux et la teinte, en fait c'est juste Elise qui n'as pas assez de cheveux et qui est trop bronzée!)

    Posté par raoul, 18 janvier 2008 à 16:57 | | Répondre
  • Oué Bapton c'est un batard quand t'es un gars ; il est beau, il est drôle, il dessine bien, il fait de la musique (bon elle est pourrie) et en plus cet . commence a être connu. Heuresement qu'il a pas de copine! Enfin éternellement libre, c'est mieux pour les filles ça?!

    Posté par raoul, 18 janvier 2008 à 17:18 | | Répondre
Nouveau commentaire